Le zinfandel (89)
Le zinfandel (89)

Le zinfandel (89)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Lorsque je prononce le mot zinfandel, la plupart des gens me demandent de le répéter. C’est dire si ce cépage n’est pas du tout familier en France. D’ailleurs il n’est pas français.

Il est d’origine Croate mais il est connu là-bas sous un autre nom, alors ce n’est pas la peine d’aller dans votre restaurant préféré de Dubrovnik ou de Split et demander un zinfandel ! Son parcours est assez singulier, et on ne sait pas pourquoi il a acquis le nom de zinfandel de l’autre côté de l’Atlantique.

Commençons par ses probables origines géographiques, parce que des analyses génétiques ont permis de les confirmer. Des recherches menées conjointement par des chercheurs croates et californiens (car c’est surtout en Californie qu’on trouve le zinfandel) ont découvert que le zinfandel est identique à une variété presque éteinte mais qui subsiste sur l’île de Kastela sur la côte croate Craitie, dénommée Crljenak Kaštelanski, ce qui signifie simplement « raisin de Kastela ». 

Cette variété devait faire partie de la pépinière impériale de Vienne vers le début du XIX ème siècle et a ensuite été importée aux Etats-Unis, probablement en 1829, par un dénommé George Gibbs. Elle était cultivée dans la région de Boston dès les années 1830, essentiellement comme raisin de table, et a acquis parfois le nom de zinfandel, mais parfois de « Black St. Peter’s ».

Dès la ruée vers l’or de 1849 en Californie, le zinfandel a suivi les migrants et a été planté à Napa et à Sonoma au cours des années 1850. Il a dû donner des vins très décents pour l‘époque car un vigneron français présent en Californie en 1862 les a comparés à de bons « clarets » français (i.e. bordeaux).

Parce que le zinfandel n’avait pas d’origines françaises, il a peu intéressé les chercheurs de Montpellier. D’ailleurs, il n’est toujours pas sur la liste des variétés autorisées en vin de pays en France mais il existe au moins un zinfandel produit en France : la cuvée Z du domaine de l’Arjolle, dans l’Hérault, en vin de table.

Dans les années 1990 on a découvert que la variété nommée primitivo, dans le sud de l’Italie (les Pouilles), désignait le même cépage. Dans ce cas il a probablement été importé de Californie après le phylloxera, pour régénérer les vignobles détruits. N’oublions pas la forte connexion entre les USA et l’Italie !

Mais revenons aux Etats-Unis car c’est en Californie qu’il a acquis ses lettres de noblesse. Longtemps utilisé comme « bonne à tout faire » en produisant des blancs, des rosés, des rouges légers et même des pétillants, un petit groupe de producteurs de qualité a commencé, à partir des années 1960/1970, surtout dans la région de Sonoma, à en tirer de grands vins rouges : Ridge, Roccioli, Ravenswood, Seghesio et quelques autres. On trouve du zinfandel un peu partout en Californie car il résiste très bien à des conditions arides. Il s’est tellement bien adapté qu’il s’est diversifié localement et j’ai visité une ferme expérimentale à Napa, appartenant au California Wine Institute, qui mène des expériences avec des dizaines de variantes du zinfandel, prises par sélection massale dans de vieux vignobles. J’ai aussi vu à Sonoma des pieds âgés de près de 100 ans.

Loin derrière les 20 000 hectares plantés en Californie, on trouve de toutes petites quantités de Zinfandel en Australie et en Afrique du Sud.

 

Aucun Commentaire

Publier une Réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.