Domaines Paul Mas, le Languedoc réenchanté

Domaines Paul Mas, le Languedoc réenchanté

Après un premier parcours où le vin n’était que prétexte à une carrière, Jean-Claude Mas réalise l’enjeu de sa région natale et prend comme tremplin le modeste vignoble familial pour poser la première pierre de ce qui fera de lui, en peu de temps, un acteur majeur du Languedoc. Nous sommes en 2000, année de naissance des Domaines Paul Mas, marque créée en hommage à son père viticulteur près de Pézenas. Aussi exceptionnel que singulier, ce destin correspond à celui d’une personnalité peu commune, celle d’un entrepreneur remuant et inspiré, dont la réussite doit beaucoup à sa vision globale du métier et sa totale implication à tous les niveaux de l’entreprise qu’il a fondée.

 

L’épicurisme pour credo

La croissance exponentielle des Domaines Paul Mas ne se résume pas à une accumulation de propriétés mais obéit à une stratégie de production pensée pour briller dans une gamme de vins aussi large que soignée, où la plus modeste cuvée bénéficie d’autant d’attention qu’un cru attitré. Dans cette conception, la notion de plaisir est omniprésente et compose habilement avec celle du terroir quand il s’agit de se prévaloir d’une appellation d’origine. Une manière d’être transparaît ainsi dans l’expression de chaque vin et fonde un style en émanation d’un art de vivre languedocien. Cet hédonisme n’est pas ici un vain mot et prend l’allure d’un « luxe rural », expression chère à Jean-Claude Mas, sous le nom Côté Mas, une vitrine conviviale et gourmande située au sein même de Château Paul Mas, l’épicentre de ses activités.

 

 

Un ancrage languedocien

Terre d’un renouveau viticole sans pareil et doué d’un potentiel qui ne cesse d’être défriché, le Languedoc est assurément un vignoble à la mesure du défi lancé par Jean-Claude Mas pour faire de sa marque l’un des phares de la région. Aussi, ses sources sont-elles exclusivement implantées en Languedoc et offrent en outre l’avantage d’une proximité des différents pôles de production, un atout maître pour maîtriser sa logistique.

Les Domaines Paul Mas sont structurés comme une winery dans le sens où leur produit est à la fois issu de leurs propriétés et de viticulteurs partenaires, fournisseurs de raisins pour la partie négoce. Cette mixité s’est forgée pour répondre à une rapide expansion de ses marchés, quasiment tous situés à l’export (90 %) et répartis entre 61 pays.

La partie en propriété est composée de 13 domaines dont la notoriété continue de se construire ou, pour certains, de s’affirmer. Tous mettent en valeur le terroir qui les porte, qu’ils soient sur des crus réputés – Corbières-Boutenac, Limoux, Terrasses du Larzac – ou sur des zones moins privilégiées. Placé dans cette dernière configuration, le Domaine de la Ferrandière démontre l’ingéniosité suscitée par un vignoble partiellement planté sur l’étang asséché de Marseillette. La présence de sel y est patente et, avec le climat ambiant, prétexte à l’expérimentation de nombreux cépages, parfois inattendus dans un contexte méditerranéen.

 

Préserver l’environnement

Une démarche vigneronne digne de ce nom ne saurait aujourd’hui s’abstraire des préoccupations pour l’environnement. Aussi, Jean-Claude Mas agit-il consciencieusement vis-à-vis de la nature qu’il exploite d’ailleurs en suivant les critères de l’agriculture biologique. Se défiant de la perception opportuniste que susciterait un engagement aussi affirmé, a fortiori à l’échelle de ses domaines, il a fait le choix de conversions en bio progressives, axées sur le long terme. Actuellement, 100 ha sur 700 sont officiellement certifiés, tandis que l’ensemble est conduit dans un mode cultural respectueux de l’environnement sous le contrôle de l’organisme Terra Vitis.

 

Une signature pour une gamme plurielle

Omniprésent à tous les stades de l’élaboration d’un vin, Jean-Claude Mas tient plus que son rôle lorsqu’il s’agit de lui donner une touche finale, celle qui saura véhiculer le style qu’il affectionne. Cette phase cruciale requiert une science de la dégustation qu’il possède, à n’en pas douter. Et s’il cherche à imprimer sa propre vision du vin à l’ensemble de la production, il est loin de vouloir l’uniformiser et procède en fonction de la vocation de chaque cuvée. Jouant sur une large palette de cépages, surtout sur les plus populaires (cabernet sauvignon, merlot, chardonnay), ses « Signatures » répondent ainsi au schéma du vin-plaisir et sont conçues en ce sens : franches, avec de la rondeur et une expressivité sans faille. La conception des vins en appellation est bien sûr abordée sous l’angle du terroir, sans toutefois s’affranchir des fondamentaux d’un caractère hédoniste.

 

Icône et fleurons

La réussite des Domaines Paul Mas le doit à l’ensemble de sa gamme, cependant, il est des valeurs qui ont distingué la marque dans le contexte concurrentiel et relevé que constitue l’offre en vins du Languedoc. A la base de son succès, on trouve la série baptisée Arrogant Frog. Clin d’œil aux vins du Nouveau Monde, ces cuvées sont bien nées en Languedoc, sur le secteur de Limoux, particulièrement propice aux blancs. Reconnue à l’échelle internationale, leur qualité fait qu’elles représentent aujourd’hui 25 % du total commercialisé sous la marque chaque année.

Dans une ligne plus classique, les fruits du Domaine des Crès Ricard dévoilent un esprit visionnaire chez Jean-Claude Mas, puisqu’il acquiert cette propriété sur les Terrasses du Larzac avant même que l’appellation ne connaisse la pleine notoriété. Ce domaine figure aujourd’hui parmi les acteurs les plus estimés de ce qui est devenu un vignoble convoité et un cru à part entière. Berceau de sa famille, Château Paul Mas a également accompagné l’ascension d’appellations d’origines, celles de Pézenas et des Grés de Montpellier, sur lesquelles ses vignes sont implantées et dont il est devenu l’une des références.

Les futurs fleurons viendront d’univers moins attendus et représenteront la quintessence de propriétés encore à l’ombre, mais dotées de terroirs propices à faire de grands vins. Ainsi Clos Astelia, Château Lauriga et le Domaine du Silène ont été choisis pour être la source de cette ambition. Là, tout a été mis en œuvre avec détermination depuis 2016, millésime inaugural de cuvées confidentielles, dont les qualités superlatives ont également pour dessein de susciter une part de rêve.

 

 

 

L’auteur de l’article :
Diplômé en histoire de l’art, Mohamed Boudellal est journaliste et consultant en vins. Il a écrit pour la presse spécialisée, principalement pour la Revue du Vin de France et d’autres titres comme L’Amateur de Bordeaux, Gault & Millau et Terre de Vins. Co-auteur dans l’édition 2016 du « Grand Larousse du Vin ».

Aucun Commentaire

Publier une Réponse