Bordeaux 2015, d’ombre et de lumière

Bordeaux 2015, d’ombre et de lumière

Un millésime hétérogène

Encensé avant même que les vins ne soient finis, le millésime 2015 a ensuite largement confirmé les promesses de sa naissance. Et c’est d’ailleurs dans une atmosphère d’unanimité que sa sortie officielle s’est faite, au mois d’avril suivant, à l’occasion de l’ouverture du marché des primeurs. Cela dit, on n’avait alors guère souligné un manque flagrant d’homogénéité entre le Médoc et tout le reste du vignoble, épargné par les pluies survenues pendant la période des vendanges. Le vignoble médocain a donc subi des précipitations à un moment crucial de la maturité des raisins, occasionnant une dilution des jus, avec pour conséquence des vins manquant de fond. Ce phénomène a surtout été notable au nord du vignoble et n’a que peu affecté les communes les plus au sud, et notamment celle de Margaux.

 

Un florilège de belles promesses

Le principal enseignement de la dégustation que j’ai faite dernièrement (20/22 décembre 2017), recoupe largement les remarques précédentes. Ayant pour thème principal les appellations régionales Médoc et Haut-Médoc, cette évaluation a révélé un ensemble de vins peu concentrés et sans complexité, nés dans les conditions énoncées plus haut. Dans une même considération, des représentants des appellations communales moins touchées par les pluies (Saint-Julien, Listrac, Moulis, Margaux) ont mieux brillé, sans pour autant s’avérer des vins complets, à l’instar de ceux de la rive droite, dont profil généreux et sans faille les situe comme un reflet d’un très beau millésime.

Organisée par le Laboratoire Oenoconseil, dont le siège est à Pauillac, cette dégustation a rassemblé une centaine de vins qui, à l’exception de trois d’entre eux, n’étaient pas des crus classés. Il faut louer cette initiative qui a eu pour mérite de faire découvrir une autre facette du vignoble bordelais, sur laquelle on ne fait guère la lumière alors qu’elle constitue une source de vins relativement abordables et qui, de ce fait, concerne une frange de consommateurs bien plus importante que celle ayant un pouvoir d’achat compatible avec le coût actuel des crus classés.

 

J’ai beaucoup aimé

Classement par ordre alphabétique.

Château Beauséjour – Fronsac

Encore réservés, les arômes délivrent néanmoins un registre plaisant, alternant des nuances torréfiées et fruités. Esquissée en rondeur, la bouche fait surtout valoir ses grandes qualités tactiles dans un contexte de fraîcheur qui donne de la succulence à un goût imprégnant jusqu’à la trame soyeuse des tanins. 13 €

Château La Bridane – Saint-Julien

On est d’emblée séduit par l’alliance réussie entre une senteur pure de fruits noirs et celle d’un boisé à peine torréfié. D’un grand format, comme sphérique, la bouche déploie un corps d’une concentration intermédiaire et d’une élégante souplesse, que soulignent des tanins serrés, aux terminaisons soyeuses et savoureuses. 23 €

Château de Brondeau – Bordeaux Supérieur

Ouvert et surtout plaisant, le nez dégage une suite d’arômes frais et épicés. D’une constitution harmonieuse, il regorge de qualités inattendues dans sa catégorie, faisant surtout valoir une nature richement fruitée et une finition soyeuse. Prix non communiqué

Château Châtain – Lalande de Pomerol

Très expressif, le nez regorge de nuances stimulantes, fort à propos pour préfigurer une expression pleine d’éclat, axée sur la franchise sans perdre en élégance, d’une puissance au service du fruit et assumant une structure encore sensible, mais sans désagrément. 20 €

Château La Garricq – Moulis-en-Médoc

Très élégant, épuré, le nez distingue un duo épices/fruits noirs. D’un profil ample et harmonieux, la bouche développe une texture riche et un fruit à l’avenant, d’une maturité confinant à de la gourmandise. Une fine trame tannique parachève l’ensemble. 21 €

Château Haut-Bellevue – Moulis-en-Médoc

Une senteur de fruit mûr bien mariée à une note boisée forme un séduisant préambule à une expression d’un suprême équilibre, où la matière est élégamment aérée, servie de surcroît par un goût exquis et une structure discrète. 15,50 €

Château Jean Faure – Saint-Emilion Grand Cru Classé

Il s’annonce par une sève profonde évoquant des fruits noirs, un registre en concordance avec le tempérament enlevé d’un ensemble qui ne manque ni de densité ni d’élégance, qualités confondues dans une texture raffinée, soulignée de tanins fins dont le soyeux ravit. 54 €

Château Martinet – Saint-Emilion Grand Cru

D’un abord suave, le nez distingue des senteurs subtiles et parfaitement mêlées. Dans un contexte de grand équilibre, la matière étale une abondance que délie cependant une trame fraîche et que ravive un goût pénétrant littéralement délectable. Une assise de tannins doux couronne l’ensemble. 18 €

Château de Monbadon – Castillon Côtes de Bordeaux

Velouté, frais, prenant, le nez libère de jolies notes florales et d’épices douces. Une rondeur parfaite qualifie la forme d’une bouche où la matière glisse et foisonne, gâtant le palais d’une profonde saveur et le titillant agréablement de tanins jeunes, encore un brin anguleux. 12 €

Château Tournefeuille – Lalande de Pomerol

Le velouté et la tournure épicée des arômes lui donnent un air suave. En bouche, la matière irradie généreusement sa nature fraîche et délicate, tandis qu’une forte teneur fruitée l’anime et enjolive une texture tannique légère et tactile. 23 €

 

J’ai aussi aimé

Château Bouscaut – Pessac Léognan

Nez discret, suite d’une grande expressivité, fond juteux d’une haute teneur, soyeux admirable. 36 €

Château Caroline – Moulis-en-Médoc

Nez précis et pointant le fruit, de l’ampleur, matière équilibrée, goût raffiné, puissance feutrée, tanins délectables. 15 €

Château Caronne Sainte-Gemme – Haut-Médoc

Nez pur et bien en fruit, style longiligne, trame veloutée et savoureuse, harmonisée à son grain tanique. 15 €

Château de Cassana – Haut-Médoc

Arômes veloutés et très purs, de l’ampleur, de la profondeur, texture raffinée et suave, tanins assez délicats avec une légère pointe d’amertume. 13 €

Château Charmant – Margaux

Nez joliment diffus, matière substantielle avec du relief, goût étonnamment épicé, trame tannique serrée quoique sans dureté. 18 €

Château Confidence de Margaux – Margaux

Nez attrayant par son naturel, matière abondante, élégamment soulignée, fruit en retrait, ligne tanique véritablement soyeuse. 22 €

Château Desmirail – Margaux

Approche opulente, profil ample et coulant, puissance harmonieuse, texture raffinée et structure à l’avenant. 35 € environ

Château L’Ecrin de Couleys – Médoc

Senteurs suaves d’épices douces, corps tactile, élégant, texture fraîche, appétence et pureté du fruit, tanins magistraux. 12 €

Eva – Médoc

Nez singulier par sa note saline, ampleur comme vecteur de l’expression, substance riche et grain tannique bien accommodé. 14,90 €

Domaine Fleur de Liot – Saint-Estèphe

Fraîcheur et précision aromatique, jolie rondeur, corpulence moyenne, texture franche et délicate, tanins souples et sapides. 15 €

Château Fleur La Mothe – Médoc

Arômes délicatement boisés d’où filtre un fruit pur, texture ample, souple, goût intense, rémanent au sein de tanins veloutés. 13,50 €

Château La Galiane – Margaux

Approche franche et suave, grand équilibre sur la fraîcheur, teneur un brin généreuse, structure affirmée mais de nature soyeuse. 18 €

Château Grand Tayac – Margaux

Senteur boisée flatteuse, corps se déroulant en souplesse, fond puissant et construit, expression encore peu détaillée, tanins ronds. 21 €

Château Haut-Pezat – Saint-Emilion Grand Cru

Sensation d’un élevage luxueux, sans détriment majeur pour le fruit, matière onctueuse et d’un bel équilibre, tanins fins encore astringents. 12,80 €

Château Moulin de Canhaut – Médoc

Nez profond, sur un fruit frais, bouche bien agencée dans un style franc et foncièrement savoureux, tanins mûrs. Vendu exclusivement à l’export.

Château Noaillac – Médoc

Boisé charmeur flattant arômes et saveurs, rondeur, chair substantielle, souple, tanins subtils et ronds. 11,50 €

Château Paloumey – Haut-Médoc

Un bouquet engageant, de l’étoffe, de la franchise, de la saveur, une trame fraîche et des tanins ronds reconduisant une essence minérale. 19 €

Château Le Pey – Médoc

Une expression sous le signe de la distinction, avec du bouquet, une plénitude de corps et de goût, sur une trame très soyeuse. 11 €

Château Poitevin – Médoc

Respire un fruit sain, grande expressivité de forme et de fond, structure bien harmonisée. 14 €

Château du Rocher – Saint-Emilion Grand Cru

Boisé ostensible au nez, mais il y a un beau fruit derrière, rondeur parfaite, chair tendre et fraîche, subtilement fruitée et foncièrement savoureuse, trame tanique un peu ferme. 25 €

Domaine Les Sadons – Pauillac

Nez élégant et pur, corps moyen, sillonné de fraîcheur, droiture de goût, structure à tendance soyeuse. 28 €

Château Saïkouk – Le O de Saïkouk – Haut-Médoc

Nez séducteur, bouche expressive, alternant pleins et déliés, non sans finesse, élevage encore présent, émergent au cœur des tanins. 25 €

Château Saransot-Dupré – Listrac-Médoc

Nez riche et velouté, profil entre-deux, sans pesanteur, matière glissante, tanins encore présents mais infiltrés par du fruit. 16 €

Château Tour Sieujan – Pauillac

Nez à dominante florale, format en demi-corps mais sans défaut d’équilibre, du dynamisme et de la gourmandise, tanins légers et sapides. 24 €

Château Vernous – Médoc

Nez de bonne intensité, profil en rondeur, matière bien aérée, fruit très présent, tanins fins et satinés. 9,50 €

 

L’auteur de l’article :
Diplômé en histoire de l’art, Mohamed Boudellal est journaliste et consultant en vins. Il a écrit pour la presse spécialisée, principalement pour la Revue du Vin de France, et d’autres titres comme L’Amateur de Bordeaux, Gault & Millau et Terre de Vins. Co-auteur dans l’édition 2016 du « Grand Larousse du Vin », il est actuellement collaborateur au magazine en ligne La Feuille de Vigne.

Aucun Commentaire

Publier une Réponse