Leçon n°55: Que signifie le terme « Grand Cru »? (1/2)
Leçon n°55: Que signifie le terme « Grand Cru »? (1/2)

Leçon n°55: Que signifie le terme « Grand Cru »? (1/2)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4 votes, average: 2,50 out of 5)
Loading...

Là, c’est un peu plus complexe que le sujet de la semaine dernière ! Il va falloir suivre !

Le problème est que les significations exactes, car il y en a, varient en France selon les régions. D’abord soyons précis sur le terme, car autrement on risquerait de perdre le fil.  Nous parlons, cette semaine, de « Grand Cru », et pas de « Grand Cru Classé », ni de « Cru Classé ». On reviendra sur ces deux termes la semaine prochaine.

Le mot « Cru » vient du verbe « croître » et renvoie donc à quelque chose qui pousse. C’est aussi devenu, par usage, un terme pour désigner un vignoble, et généralement un vignoble de qualité reconnue, mais, étant issu d’usages locaux, ce mot n’a pas de définition précise. En Beaujolais, par exemple, les villages viticoles dont le nom apparaît seul sur les étiquettes (et donc sans le mot Beaujolais) sont souvent appelés « crus ». Ailleurs, le mot désigne une seule parcelle, comme en Alsace ou en Bourgogne. A Bordeaux en revanche, le mot peut désigner soit une localité, soit un domaine, parfois constitué de différentes parcelles qui ne sont pas toujours liées.

Pour distinguer un « cru », d’un « grand cru », il y a donc deux logiques qui co-existent en France. L’une, en Alsace et en Bourgogne, désigne par ces mots une parcelle viticole spécifique et reconnue de qualité supérieure. Les Grands Crus font donc partie du système officiel des appellations qui gouverne les vins de ces régions, et portent tous un nom, celui de la parcelle (exemple : Schlossberg, en Alsace). Et cela sans tenir compte du propriétaire ou des propriétaires, car, dans la majorité des cas, ces parcelles sont en co-propriété. Par exemple, le Clos Vougeot (Grand Cru de la Côte de Nuits) couvre 50 hectares et appartient à plus de 80 propriétaires différents. Sur le plan philosophique, on estime que le lieu est pérenne, tandis que le propriétaire, et ce qu’il possède en termes de terre, n’est que transitoire.

La logique bordelaise est différente et donne une primauté à la propriété viticole, quelle que soit la situation parcellaire à l’intérieur de l’aire générale de l’appellation. Dans la région, le terme « Grand Cru» n’est utilisé que dans un seul cas, à Saint Emilion, où il constitue une variante de l’appellation Saint Emilion, couvrant la même aire, mais pouvant s’appliquer à tous les vins qui réduisent leur rendement de 45 à 40 hectolitres par hectare et qui génèrent un minimum de 11,5° d’alcool au lieu de 11°.

Voilà. J’espère que c’est à peu près clair !

Aucun Commentaire

Publier une Réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.