Leçon n°76: La syrah
Leçon n°76: La syrah

Leçon n°76: La syrah

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

La syrah est un des cépages rouges les plus en vogue du moment. Essayons de comprendre pourquoi.

On a longtemps fantasmé sur ses origines, en évoquant par exemple des racines perses (ville de Shiraz) ou siciliennes (Syracuse). Tout cela est faux. Les recherches sur son ADN entreprises en 1998 en Californie et à Montpellier ont démontré que la syrah était issue de deux variétés du Sud-Est de la France : le Dureza (vieux cépage de l’Ardèche) et la Mondeuse Blanche (de la région Isère/Savoie). De plus, il semblerait qu’il existe un lien de parenté entre la syrah et le pinot noir.

La syrah doit d’abord son essor aux grands vins de la partie Nord de la vallée du Rhône, en particulier à ceux de l’Hermitage, nom qui a été longtemps donné à cette variété en Australie mais aussi aux autres crus de cette région, comme Côte Rôtie, Cornas, Saint-Joseph et Crozes Hermitage, tous issus de la syrah à 100% (ou presque). Elle s’est ensuite étendue au Sud de la vallée du Rhône, mais en tant qu’ingrédient dans des vins d’assemblage, comme à Châteauneuf-du-Pape, où il apporte couleur, structure et fraîcheur au grenache qui domine. Au XIX ème siècle, la syrah a migré en Australie (shiraz) où elle est devenue le cépage rouge le plus planté. Comme les premières plantations en Australie datent d’avant le phylloxera, et qu’il existe encore quelques régions épargnées par le fléau, on trouve là-bas les plus vieux pieds de syrah au monde, notamment dans certaines zones de Barossa ou de Clare Valley, au dessus d’Adelaïde.

Sur le plan mondial, la syrah est la quatrième ou cinquième variété rouge la plus plantée, avec environ 140 000 hectares (chiffre en croissance assez rapide).

Ce sont la puissance et la longévité des vins rouges d’Hermitage qui ont assis la renommée de ce cépage. Cela était suffisamment connu au XVIII ème siècle pour que certains vins de Bordeaux, dans les années qui manquaient de soleil, soient renforcés par l’addition de vin d’Hermitage. On parlait à l’époque « d’hermitager » les vins car, bien avant l’avènement des lois sur les appellations contrôlées, une telle pratique n’était pas considérée comme scandaleuse.

La syrah est aujourd’hui largement présente dans toutes les régions du Sud de la France, et même dans quelques parties du Sud-Ouest, comme Gaillac. A l’étranger elle gagne rapidement du terrain, suivant ou précédant en cela la vogue pour d’autres variétés rhodaniennes et méditerranéennes (grenache et mourvèdre surtout). Après l’Australie, qui a un leadership historique dans ce domaine, on peut citer les Etats-Unis (la Californie et l’Etat de Washington), l‘Afrique du Sud et le Chili parmi les pays du Nouveau Monde. On la trouve aussi en Italie et, d’une manière peut-être plus surprenante, en Suisse où, sur les pentes escarpées face au Sud du Valais (on est toujours dans la vallée du Rhône !) elle donne d’excellents résultats.

Sous des climats plus frais pour sa maturation, ce cépage est souvent reconnaissable par des arômes proches du poivre. Mais dans des zones plus chaudes (Barossa, par exemple), il offre des arômes assez exubérants de fruits noirs et rouges très mûrs. Comme on le voit par ces deux exemples, toute cette histoire d’arômes est très variable selon les conditions et techniques de production. Dans le domaine des vins fins, la syrah est en tout cas largement capable de figurer parmi les grands cépages du monde.

Aucun Commentaire

Publier une Réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils