L’Argentine, fière de son malbec

L’Argentine, fière de son malbec

L’Argentine, voilà un pays qui n’a pas honte de son vin. Après avoir déclaré le vin « boisson nationale » en 2010, l’Argentine a aussi dédié une journée au malbec (Journée Mondiale du Malbec), son cépage phare, le 17 avril, en souvenir de la création à Mendoza de la Quinta Normal de Agricultura le 17 avril 1853. Il faut dire que depuis une dizaine d’années la filière est en état de grâce avec des exportations qui ont triplé depuis 2004. L’Argentine produit du vin depuis plus de 400  ans et possède l’une des plus fortes consommations individuelles au monde, ce qui en fait un vieux et vrai pays de vin, mais elle s’est longtemps contentée de produire des flots de vins courants destinés à un marché intérieur longtemps peu regardant. Depuis les années 1990, tout a changé et on goûte à présent des vins rouges d’une intensité parfois bluffante. Dans l’intervalle, les argentins, inspirés par la réussite chilienne, ont su investir pour mettre à profit une géographie taillée pour la vigne, en particulier dans la région de Mendoza, au pied des Andes, cœur du vignoble argentin, qui conjugue ensoleillement, sécheresse et altitude. Avec des coûts de production faibles, une terre disponible et des vignobles faciles à travailler, les investisseurs locaux et étrangers ont été faciles à convaincre, et cela malgré la crise financière des années 2000. Les argentins ont aussi eu la bonne idée de faire le pari d’un cépage original, le malbec, introduit en Argentine par un agronome français au milieu du XIX ème siècle. Connu à Cahors, où il produit un vin coloré, puissant et tannique, il s’est bien adapté aux vignobles d’altitude de Mendoza où il a pris des « rondeurs ». Les bons malbecs d’Argentine ont le charme des vins qui ont vu le soleil, avec des expressions fruitées chaleureuses, des tanins adoucis et une texture suave. Moins toniques que leurs cousins de Cahors, ils possèdent par contre une souplesse qui les rend appréciables dès leur jeunesse.

6 coups de cœur

Clos de los Siete, Mendoza 2009

C’est le vin argentin le plus distribué en France. A l’origine « le clos des sept » est une aventure bordelaise regroupant 7 investisseurs qui ont fait l’acquisition en 2002 de 400 hectares de vignes dans le canton de Tunuyan (Mendoza) dont une partie entre dans l’assemblage de cette cuvée collective.  Le malbec (60%) est complété par les merlot, cabernet, syrah et petit verdot. Nez suave et épicé, avec un fond mentholé et torréfié. La bouche est généreuse, mûre mais sans excès, et les tanins fermes et fins tiennent bien en respect la rondeur du fruit. Déjà séduisante, cette cuvée devrait s’ouvrir davantage avec un peu de garde.

13,60 euros sur www.lacavedourthe.com

Mariflor, Malbec, Mendoza 2010

Michel Rolland, consultant bien connu, est l’un des « 7 » du Clos de los Siete. Il produit aussi en solitaire une gamme dont ce malbec, né de vignes perchées à 1100 mètres d’altitude. La robe est noire et le nez luxuriant, de confiture de cassis, de violette, de cacao. Très charnu, ses saveurs sont concentrées, les tanins bien pris dans le fruit et l’ensemble donne une sensation suave et caressante. Charmeur et efficace, très bien à ce prix. Avec une belle viande rouge.

12,50 euros chez Rolland Collection – tel : 05 57 51 52 43 –  contact@rollandcollection.com

Trapiche, Broquel, Malbec, Mendoza 2009

Avec 20 000 hectares de vignes et des approvisionnements auprès de plus de 150 viticulteurs, Trapiche est un géant d’Argentine, premier exportateur de vin du pays. Dans sa large gamme, on retiendra cette cuvée, au nez sombre, épicé, rehaussé d’une touche fraîche d’eucalyptus. Le fruit mûr, à l’accent un peu rustique, entre cuir et terre humide, et les tanins doux en font un digne représentant de son pays, pas en finesse mais avec générosité et efficacité. Idéal avec une viande en sauce. A boire.

12 euros chez Les Chais Saint-Laurent – tel : 01 48 26 62 10

Nieto Senetiner, Malbec, Mendoza 2010

Vieux domaine créé par des immigrants italiens au XIX ème siècle, le vignoble est situé à Lujan de Cuyo (Mendoza), une des deux appellations d’origine du pays. Le nez évoque le fruit rouge très mûr et les épices avec un côté un peu terrien et réglissé. Très plein en bouche, puissant, avec des notes de plantes aromatiques et de cuir, le vin conserve un côté tonique et bien équilibré. Très plaisant. A boire.

10 euros chez La Franco-Argentine – tel : 03 64 17 80 01 – gcruz@francoagentine.com

Pichot, Malbec 2009

Autre bon rapport qualité/prix également importé par Gonzalo Cruz, pionnier des vins argentins en France, et fin connaisseur de la question. Très coulant, fruité, épicé et facile à boire (12 euros). Il s’agit du domaine familial d’Agustín Pichot, international de rugby argentin, autre spécialité nationale.

O. Fournier, Urban Uco, Valle de Uco, Mendoza, 2010

Espagnol d’origine, propriétaire dans la Ribera del Duero, le groupe O. Fournier  a investi de l’autre côté de l’Atlantique, au Chili puis en Argentine, dans la Valle de Uco, sous-région estimée de Mendoza. Ce 100% malbec, brièvement passé en fût (3 mois), est une très agréable illustration du cépage en version souple et fruitée, à prix très décent : arômes de fruit rouge bien mûr et d’épices, tanins discrets, bouche fluide et parfumée. A boire avec une grillade.

8 euros au Comptoir des Andes et du Nouveau Monde – tel : 01 43 20 03 00 – comptoirdesandes@gmail.com

 

Crédit photo : Juan Pelizzatti

Aucun Commentaire

Publier une Réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.