Le riesling (85)
Le riesling (85)

Le riesling (85)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 1,00 out of 5)
Loading...

Indiscutablement un des plus grands cépages blancs du monde, le riesling est une ancienne variété dont un des parents est le gouais blanc, une variété qui serait arrivée en France et en Allemagne (où on l’appelle le Weißer Heunisch) depuis la Croatie, peut-être apportée par les Romains.

Rappelons que ce même gouais a eu d’autres enfants illustres, dont la famille des pinots (noir, gris et chardonnay, notamment). Un croisement entre le gouais blanc et le traminer, qui vient d’Italie du Nord, aurait produit le riesling, mais il est très difficile de mettre une date sur son émergence. Les premières sources écrites qui font mention du riesling datent du XV ème siècle, et se trouvent en Allemagne.

En 2006 (dernières statistiques fiables), le riesling était le plus planté des cépages en Allemagne, avec plus de 21 000 hectares. Il est aussi très planté en Alsace, qui est la seule région en France où on le trouve, avec environ 3 300 hectares. Mais il est planté également, d’une manière plus ou moins significative, en Autriche, au Luxembourg, dans l’Italie du Nord, en Australie (où il était la variété blanche la plus plantée avant 1990 !), en Nouvelle Zélande, aux USA, au Canada et en Afrique du Sud. On le rencontre presque toujours dans des régions fraîches de ces pays, car il n’aime pas trop la chaleur. Il n’aime pas davantage l’usage de bois pendant sa vinification et son élevage. Les plus grands rieslings sont vinifiés sans intervention de bois, sauf s’agissant de grands contenants, et jamais avec du bois neuf. C’est peut-être cela, en plus de sa capacité à produire des vins peu alcoolisés, qui a fait que, jusqu’à très récemment, ce cépage n‘était pas très à la mode. Car il faut aimer l’acidité, la légèreté et la finesse pour bien apprécier les meilleurs rieslings !

Il faut parfois se méfier du mot riesling sur une étiquette de vin car ce nom a été aussi donné à une série de cépages de bien moindre qualité, et qui n’ont pas grand chose à voir avec le vrai riesling. C’est le cas, par exemple, dans l’Italie du Nord-Est, en Europe Centrale, et dans certains pays des Balkans, avec des variétés nommées welschriesling, olaz riesling ou riesling italico, par exemple. Le vrai riesling est soit appelé riesling (c’est le plus courant), soit weisser riesling, rhine riesling ou johannisberg riesling.

En plus de son acidité naturellement élevée, le riesling est capable de mûrir lentement et longuement, donnant parfois des vins magnifiques issus de vendanges tardives et/ou de sélections de grains nobles (raisins botrytisés). On les appelle ainsi en Alsace mais en Allemagne ils sont désignés par les termes Beerenauslese ou Trockenbeerenauslese, avec généralement moins d’alcool. S’agissant de raisins non botrytisés mais congelés par le gel, ce sont des eiswein. Mais, dans ces types de vin, le riesling conserve aussi une forte proportion d’acide tartrique, ce qui donne un autre équilibre que les vins du sauternais, par exemple.

Enfin, une des caractéristiques du riesling, qui le rend si intéressant, est sa très grande sensibilité à des variations du site viticole où il est cultivé. On peut autant, sinon plus, explorer les nuances imprimées par différents sites sur un vin de riesling que sur un vin de pinot noir.

Aucun Commentaire

Publier une Réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils