Série Grands Vins du Monde : le cabernet-sauvignon californien
Série Grands Vins du Monde : le cabernet-sauvignon californien

Série Grands Vins du Monde : le cabernet-sauvignon californien

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Le cabernet-sauvignon est à l’origine de quelques-uns des plus grands vins rouges américains. Une date a marqué les esprits : 1976 et le célèbre « Jugement de Paris », une dégustation comparative qui a apporté la preuve que les meilleurs cabernets (et les assemblages autour de ce cépage) Californiens, et particulièrement ceux de Napa, Sonoma et Santa Cruz, pouvaient rivaliser avec les sommets de la production bordelaise. Depuis, le cabernet sauvignon n’a rien perdu de sa popularité et est planté dans toutes les régions nord-américaines où il est capable de bien mûrir, très largement en Californie mais aussi dans l’état de Washington.

Le plus planté des cépages rouges nord-américains connaît une belle carrière Outre-Atlantique et doit beaucoup à André Tchelistcheff, winemaker de légende qui oeuvra pendant près de 35 ans au domaineBeaulieu Vineyards et qui prouva au monde la capacité du cabernet-sauvignon à produire de grands vins en Californie. Aujourd’hui Napa Valley constitue une sorte de terre promise pour cette variété mais il ne faut pas oublier les autres secteurs de la Californie, avec ses infinies nuances climatiques, et en particulier Sonoma, San Joaquin ou San Luis Obispo.

Le principal débat stylistique en Californie tourne autour des niveaux de maturité atteints par les raisins, et des degrés d’alcool qui en résultent dans les vins. Mais une chose est dorénavant certaine : malgré les soupçons, parfois malveillants, beaucoup de cabernets californiens sont capables de vieillir avec élégance pendant des décennies. Si le style concentré et sur-mûri peut plaire à certains critiques américains, il existe une diversité de styles aussi importante aux Etats-Unis qu’à Bordeaux. Les meilleurs cabernets et assemblages à base de cabernet du pays parviennent à combiner une belle maturité du fruit avec des degrés alcooliques raisonnables (autour de 14%) et une structure et une acidité suffisante pour leur assurer une bonne garde.

Dans le verre : La maturité des raisins se traduit par des arômes assez expansifs, plus fruités que végétaux, avec les notes d’un élevage en barriques. Avec les temps, les belles cuvées sont capables d’une belle complexité révélant les notes propres au vieux cabernet (fruit en confiture, sous-bois, tabac…). On entend parfois que les cabernets de Sonoma révèlent des notes d’anis et d’olive noire, et ceux de Napa des notes puissantes de cassis. Ce type de généralités peut fonctionner mais ne doit pas servir de règle absolue. En bouche, les vins jeunes offrent souvent une plénitude de saveurs fruitées qui rend les vins immédiatement séduisants. Mais la structure tannique est bien là, juste masquée par l’intensité de la matière. Les saveurs s’avèrent riches, parfois généreuses, offrant de belles notes de fruit noir et rouge (cassis, mûre, griotte…) pouvant aller du côté du menthol et de l’eucalyptus. Leur longueur comme leur sensation de moelleux peuvent être impressionnantes.

Bonnes adresses : Araujo, Beaulieu, Beringer, Cakebread, Caymus, Corison, Dominus, Duckhorn, Dunn, Etude, Heitz, Robert Mondavi, Château Montelena, Newton, Opus One, Pahlmeyer, Joseph Phelps, Ridge, Rubicon, Silver Oak, Spottswoode, Stag’s Leap Wine Cellars, Trefethen

Aucun Commentaire

Publier une Réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.