Jeunes pousses bourguignonnes

Jeunes pousses bourguignonnes

Deux coups de cœur glanés à l’occasion d’une dégustation collective des « Jeunes Talents de Bourgogne » organisée à Paris en mars 2015. Parmi la trentaine de domaines présents, tous n’étaient ni jeunes, ni talentueux mais de belles trouvailles, abordables en prix, ce qui n’est pas rien dans une Bourgogne dont le « cœur », la Côte d’Or, devient lui inabordable, au moins dans ses appellations les plus connues. Ceux-là viennent des marges bourguignonnes, Chablis et Mâconnais, marges de luxe certes, mais où les prix sont encore accessibles au commun de mortel. Des points communs : un passé récent de fournisseurs de raisins, une notoriété à construire, et des personnalités agréables, ce qui ne gâche rien au plaisir de la dégustation.

Domaine Jean Dauvissat (Chablis) : Ce domaine de 22 ha, à ne pas confondre avec les autres Dauvissat (Vincent Dauvissat, star locale, Jean & Sébastien Dauvissat…), et qui alimentait le négoce local, vinifie depuis quelques année sous son nom une partie de sa production. Goûtés déjà l’année passée, les vins sont une agréable déclinaison des appellations chablisiennes, Petit Chablis, Chablis et 5 premiers crus. On la doit au jeune Fabien Dauvissat, en charge du vignoble et du chai, viticulteur sincèrement « raisonné » et vinificateur talentueux sur la foi des 2011 et 2012 goûtés ces deux dernières années. Des prix sages et des vins nets et sans bavure dans un style accessible qui s’appuie sur une belle pureté de fruit. Les amateurs de subtilités bourguignonnes s’y retrouveront car les 1er crus livrent tous leurs nuances. Si les prix sont raisonnables les vins se font rares mais « il reste toujours quelques bouteilles au domaine ». A suivre d’autant que la production augmente régulièrement. Parmi les coups de cœur, un Chablis inspiré et, dans les 1ers crus, les Vaillons et la Côte de Léchet, à la fraîcheur et au fruité immaculés, mais toute la gamme est au diapason.

Domaine Dominique Cornin (Mâconnais) : Les Cornin, c’est un duo. Dominique Cornin, le père, a déjà une longue carrière de viticulteurs/coopérateurs mais il a quitté la coopérative il y a dix ans, rejoint en 2011 par Romain, son fils, franchement diplômé de Beaune. Les deux partagent une même philosophie pour des vignes saines et des vins lumineux : culture biologique, labours, enherbement, et des vinifications aussi dépouillées et précises, alternant cuves et fûts, avec une touche de bois neuf. Ils exploitent une douzaine d’hectares autour de la commune de Chaintré, dans les appellations Mâcon et Pouilly-Fuissé. La cuvée la plus simple, Mâcon Chaintré 2013, donne le ton : pureté et qualité de fruit, fraicheur, précision, gourmandise. Puis c’est un crescendo ébouriffant avec au sommet les cuvées de Pouilly-Fuissé : Le Clos Reyssié 2012 est une pure merveille, puissant, sapide, très parfumé, parfaitement prêt à boire. Les Plessys et les Chevrières plus austères sont bâtis pour la garde.

Photo @ Domaine Cornin

Aucun Commentaire

Publier une Réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.