Le salon Arvinis, pour découvrir les vins suisses, à 2 heures de Lyon.

Le salon Arvinis, pour découvrir les vins suisses, à 2 heures de Lyon.

Les vins suisses vous sont inconnus ? Rien d’étonnant, ils sont vendus au compte-goutte en France et ne bénéficiaient pas des faveurs de la critique il y a à peine dix ans. Mais les choses ont changé et rapidement. Voici l’occasion de faire plus ample connaissance avec la production helvète, à 2 heures de Lyon.

Avec 2 500 vins en dégustation, Arvinis est, avec Vinea[1], la plus large vitrine de la production de Suisse Romande. Le salon se tient à Morges, à une quinzaine de kilomètres à l’Ouest de Lausanne, dans le canton de Vaud, seconde région viticole de la Confédération. Le cadre est agréable, l’organisation suisse et même s’il y a du monde, on n’a pas à jouer des coudes pour accéder aux stands des producteurs. Côté paysage viticole, vous ne serez pas déçu surtout si vous faites un détour par le Lavaux (patrimoine mondial de l’Unesco[2]), à 30 minutes en voiture de Morges : ici, les coteaux entièrement acquis à la vigne s’inclinent d’abord doucement puis plongent, parfois à la verticale, dans les eaux bleues du lac Léman d’où émergent en toile de fond, sur l’autre rive, les hauts sommets enneigés des Alpes. Par temps clair, la vision est saisissante et on prendra le temps de s’en délecter autour d’un filet de perche dans l’un des petits restaurants de la côte. On est ici au royaume du cépage chasselas (appelé fendant dans le Valais) dont on a quelques exemples en France à Pouilly-sur-Loire et surtout à Crépy et Ripaille, au bord du même lac, côté Savoie. Avec ses arômes plutôt neutres, sa structure souple, le chasselas n’a rien d’une bête à concours mais les bons producteurs de Vaud en tirent des vins étonnants, austères, minéraux (goûtez ceux du domaines de la Colombe ou de Maison Blanche présents sur le salon), capables de bien vieillir. En rouge, Vaud s’est découvert une autre spécialité avec deux cépages autochtones, le gamaret et le garanoir, plus complexes et profonds que les traditionnels gamay et pinot noir. Arvinis offre aussi un large panorama de la production du Valais, région aussi belle que passionnante où naissent les plus grands vins du pays : rouges puissants issus de la syrah, de l’humagne, du diolinoir, du cornalin ou du pinot noir, et grands blancs secs ou liquoreux (petite avine, amigne…)…

Le vignoble suisse a beau être relativement modeste (15 000 hectares) il est aussi très morcelé et chaque producteur produit sans complexe une gamme de vins à la mesure de son encépagement, qui peut être étonnamment varié, y compris sur les domaines de quelques hectares. Et même si l’on a que du chasselas, on multiplie parfois les cuvées à l’envie, par crus ou parcelles. Il faut donc y aller armé : le guide Hachette a une section Suisse mais rien ne vaut un régional de l’étape. Vins de Suisse romande – Le vignoble en 200 chefs-d’œuvre est signé Alexandre Truffer[3] et met en scène une sélection détaillée et commentée de 200 belles bouteilles. On y passe en revue les principaux producteurs et toutes les subtilités du vignoble, y compris son byzantin système d’appellations.

Arvinis – du 13 au 18 avril 2011 à Morges

Toutes les informations sur le site du Salon Arvinis

 

[1] Salon  des vins, 2 au 4 septembre à Sierre

[3] Journaliste et fondateur du site www.romanduvin.ch, présentation et actualités des vignobles de Suisse Romande.

 

Crédit photo : David Cobbold

 

Aucun Commentaire

Publier une Réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.