Les vins de Dalmatie, le paradis Croate (2/2)

Les vins de Dalmatie, le paradis Croate (2/2)

Après Korcula et la presqu’île de Peljesac, nous poursuivons vers le Nord, le long de la côte Dalmate, pour vous faire découvrir les vins de deux autres îles : Brac et Hvar. Elles se trouvent au Sud et au large du port de Split. J’ai visité uniquement une partie de l’île de Brac, mais la dégustation a inclus quelques vins de son voisin du Sud, Hvar. Le port principal de Brac, qui fait face à Hvar, s’appelle Bol. Ce lieu plein de charme a réussi, à la différence de beaucoup de ses équivalents en France ou en Espagne, à échapper au développement sauvage et aux kilomètres de béton bien visible. Disons que le béton et le tourisme y sont présents, mais contenus dans des hôtels de taille assez basse, parfois grands mais toujours habilement disséminés dans les arbres qui longent les plages, et sensiblement à l’écart de la petite ville de Bol qui peut ainsi vivre sa vie, tout en accueillant ponctuellement un tourisme de masse.

Face à ce petit port aux airs paradisiaques, notre dégustation a eu lieu dans une ancienne cave coopérative, appelée Jako Vino, et superbement modernisée par son nouveau propriétaire, le société Stina. On découvre ici des installations à la pointe de la modernité, avec une attention particulière portée à l’esthétique, et ceci dans le moindre détail.

Voici mes vins rouges préférés à l’issue de cette dégustation qui a comporté une quinzaine de vins. Comme on le voit, l’habillage des vins croates n’a rien à envier à ce qui se pratique ailleurs.

vins croates

Quelques blancs pour commencer, dont un délicieux vin de l’île de Hvar, produit par Andro Tomic. Tomic a redécouvert un cépage ancien, le Bogdanusa, qui atteint une bonne maturité à seulement 11,5% d’alcool et qui conserve une forte acidité. Assemblé au généreux Posip qui, lui, a l’alcool facile, ce cépage donne du peps et une « buvabilité », associés à une plus grande précision des saveurs et même une certaine fermeté. C’est le premier millésime de ce vin baptisé Bastijana Beleca, très prometteur. Le nez évoque un vermentino, parfumé comme une pêche mûre. En bouche le vin est bien frais, serré autour d’une sensation que certains aiment à décrire comme « minérale ». Les rouges du même producteur sont tout aussi convaincants : le Plavac Mali 2007, aussi issu du vignoble Bastijana, est un beau vin parfumé, au nez expressif, rappelant la confiture de fraise. Les saveurs en bouche sont pleines et fraîches, enrobées par une texture très suave. Le Bastijana Caplar 2009 (assemblage Cabernet/Plavac) allie vivacité et structure. Il doit encore assimiler son bois et la mise était très récente, mais ce joli vin est très prometteur.

Parmi les autres coups de cœur de la dégustation, le Plavac Mali Majestu 2009 de Stina/Jako Vino, un vin au nez fumé, un peu trop boisé à mon goût, mais ferme et structuré par de beaux tanins. Le Hrvoje Bakovic Plavac Mali Murvica 2006 reste juteux, ferme et délicat malgré ses six ans. Issu du cépage Babic, le Suha Punta 2006 de Gracin se montre riche et chaleureux, rappelant la prune mûre et les épices. Ferme, dans une veine plutôt élégante en bouche, ce vin est aussi direct que frais. Sa belle longueur signe un vin de caractère qui m’a fait penser à certains bandols.  Pour finir, le Zlatan Otok Crljenak 2009 (crljenak est le zinfandel) a une robe intense et un nez de fruit noir qui rappelle effectivement des beaux zinfandels. Profond et assez sphérique dans ses sensations gustatives, c’est un vin dont l’aspect charnu masque une belle fraîcheur et des tannins solides mais veloutés. Très intense et assez chaleureux, grâce à ses 15% d’alcool. Long et ferme, c’est un beau vin.

Après cette dégustation, nous sommes partis visiter un jeune vignoble, récemment planté par Stina dans un lieu totalement spectaculaire plus loin sur cette côte, à côté d’un ancien couvent qui ressemble plus, par sa situation, à une retraite. Les 4×4 ont même eu du mal à nous amener vers le sommet de ces vignes qui se font régulièrement croquées par des moutons. Puis, en marchant le long de la montagne, on nous a fait découvrir une ancienne habitation troglodyte qui a servi à des populations successives, dont les dernières étaient chrétiennes. Il y a aura probablement un autre épisode à cette saga. En tout cas, je retournerai en Croatie avec plaisir, c’est certain. J’ai mes raisons, vous le voyez bien…

 

Crédit photo : David Cobbold

Aucun Commentaire

Publier une Réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.